Dans mon assiette il y a


... de belles choses qui me font plaisir, en adéquation avec mon état d'esprit, mes goûts et convictions.  🍱 🌿 🍴

Parce-que j'en ai marre que chaque fois que je dis que non, je ne mange pas de viande l'on me fasse à chaque fois les mêmes yeux ronds, et toujours les mêmes réflexions bateaux.
Pourtant, les végétariens et vegans ne font plus figures d'exceptions et le débat est en plein dans l'actualité. Phénomène de mode, santé ou conviction, il y a tout un raisonnement autour de notre choix d'alimentation.
Alors la prochaine fois que l'on s'étonnera de ce que je peux bien trouver à manger sans cette viande, lorsque l'on me piquera du peu de variété alors dans mon assiette, je vous/les inviterai à lire de bon cœur cet article cuisiné avec amour et bienveillance.


Commençons par l'intitulé de ma catégorie d'alimentation, puisqu'il faut des mots et des cases pour rassurer les gens. Je ne suis pas végétarienne et encore moins végétalienne. Je ne fais pas d'intolérance, ni d'allergie, et n'ai rayé de mon assiette que la viande, rouge et blanche. Du reste, je ne me prive pas de poissons, crustacés, lait, œufs, miel. On appelle cela le PESCO-VEGETARIEN.

Mon parcours est tout ce qu'il y a de plus personnel et a évolué avec moi au fil des années. Petite, je rechignais déjà à manger les steaks que l'on me présentait, ma parade étant de faire une boulette au fond de ma joue et d'aller m'en débarrasser aux wc. Puisqu'il fallait prendre des burgers pour avoir le jouet dans le Happy Meal. Anecdote : vous avez déjà essayé de séparer les morceaux de viande hachée menue de votre purée en hachi parmentier ? La viande rouge, où l'on y sent l'animal, sanguinolant, au goût bien trop prononcé pour recueillir mes faveurs. Alors mon père avait trouvé la parade du poulet le dimanche, et autres dérivés de porc et volaille. Mais je ne prenais clairement pas mon pied, et trop polie pour froisser mon père ou toute autre personne qui s'était donné la peine de cuisiner, je terminais docilement mon assiette de viande. Et puis est bien arrivé le jour où je me suis émancipée et me prenant par la main, je n'ai écouté que moi-même et mes envies fondamentales. J'avais lu ce roman où le héros décrivait son sentiment d'impureté quand il consommait de la chair animale. Le déclic qui m'a permis d'assumer ce choix hors des majorités de carnivores, et de tourner une page de mon alimentation, entamant un parcours vers le mieux-être personnel.


Il y a maintenant 5 ans que j'ai pris cette décision. Je ne compte plus les fois où j'ai dut et dois encore justifier et rabâcher mon choix. Même au sein de mon couple c'est le sujet qui fâche et fait débat car c'est vrai qu'il faut gérer 2 plats différents les jours où il se fait sa viande. Mais c'est mon assiette après tout ! Si vous aimez tant la viande, laissez moi tranquille et prenez ma part, ça vous en fera plus, mais ne venez pas commenter ce que je mets dans mon estomac. Puisque ce que je supprime, je le remplace par un équivalent. Faire une telle focalisation, ces commentaires, cette culpabilité que l'on voudrait me faire ressentir. Alors que l'on connait tous à présent les méfaits de la consommation de viande à outrance tant sur notre organisme que sur la planète. Est-ce que je me suis pour autant déjà penchée au dessus de votre assiette pour vous moraliser ? Pourtant je n'en pense pas moins.

Mais je ne suis pour l'heure engagée dans aucune cause, même si plus ça va, plus j'en vois et apprends, plus mes convictions se renforcent et se marient à mon simple dégoût de ce goût animal. Je me contente de faire beurk et poursuis mon bonhomme de chemin. Pour le moment. Je sais que l'élevage des poissons est lui aussi de plus en plus contestable et il est important de connaitre son origine et traçabilité. Que le soja fait débat. A ce rythme, que nous restera-t-il à manger de sain ? Chiche de croquer ces insectes frits de demain ?

Heureusement, le végétarisme est de plus en plus dans l'air du temps et vise à se "normaliser", disons se banaliser. J'aime ces rayons de plus en plus foisonnants, ces comptes Insta inspirants - je pense à Bien Dans Mon Slip de Margot YMF, et à cet article plein de jolis sentiments, vous la suivez ? Ces recettes que l'on se partage pour parer à cet ennui que l'on voudrait soupçonner dans nos assiettes. Au contraire, cette profusion de légumes, c'est la fête aux couleurs ! On se réinvente à chaque saison. Le marché est devenu mon nouveau terrain de jeu. Même Loïs, carnivore féru et convaincu m'a offert une cocotte vapeur et un blender pour que je puisse décliner mes fruits et légumes selon mes envies ! Et je lui fais chaque fois goûter mes alternatives pour qu'il réalise combien moi aussi je me régale ! Il s'agit bien d'un combat contre des idées reçues et généralisatrices dont nous avons hérité de génération en génération, mais le monde et les mentalités changent, évoluons avec eux !


Ma source de protéines. Tel est le nerf de la guerre.

Eh bien étant pesco-végétarienne - le terme est affreux, si l'on en trouvait un moins lourd ? - je ne me prive d'aucun poisson, je ne vais pas tous vous les énumérer puisque je mange de tout. J'avoue consommer beaucoup de thon naturel et filets de maquereaux cuisinés en conserve pour aller plus vite... Idem pour les crustacés que l'on ramène par exemple de nos pêches l'été.
Dans ma cuisine vous trouverez du tofu (le nature de Bjorg riche de 18g de protéines pour 100g, grillé à la poêle, récemment j'en ai trouvé chez Biocoop aux graines toastées, basilic, épinards et noisettes), des steaks, escalopes et nuggets de soja (ceux de chez Monoprix sont mes préférées), et une profusion de graines (le roi quinoa, boulghour, épeautre, sarrasin, lentilles, haricots rouges). Car oui, il faut prendre le temps de lire la proportion de protéines présentes, mais il suffit de le faire 1 fois ou 2, vous repérerez ensuite facilement vos produits préférés en magasin ! Et n'ayez pas peur de vous inspirer autour de vous, d'expérimenter et de tester également !! Je pense moi-même avoir encore beaucoup à apprendre et à découvrir, et tant mieux !

Note à ne pas négliger : la vitamine B12 et le Fer qui font défaut aux végét'. Il existe des compléments alimentaires pour palier les carences, faites attention à vous et à votre équilibre !


Le gros bémol que je trouve à manger mieux et plus sainement, ce sont encore ces prix bien trop élevés et magasins spécialisés hors de prix !! Est-ce le prix à payer pour sortir du tout industriel et se (re)faire une santé ? Si vous le pouvez, privilégiez les marchés, les petits producteurs locaux. Ne mettez pas votre santé et votre équilibre alimentaire en danger. Soyez à l'écoute de votre corps et de vos envies. N'hésitez pas à demander de l'aide. A vous informer et à prendre le temps qu'il vous sera nécessaire pour être en accord avec vous-même.

Je ne suis évidemment pas là pour moraliser ni dicter quoi que ce soit à qui que ce soit, juste partager avec vous une facette de ma personnalité, répondre aux interrogations de mon entourage, et si mon témoignage peut aider ou en éclairer certains, c'est avec plaisir.

Je terminerai sur cette question amusante : avez-vous testé le Veggie Burger de McDo ? Qu'en avez-vous pensé ?





Commentaires